Une grille interprétative unique du monde

Encore Delphine Horvilleur, à propos de l’intégrisme:

Dans un système individualiste qui tolère peu les normes imposées d’en haut, certains individus (sont) comme poussés à en consolider de nouvelles, pour faire taire toutes leurs voix intérieures. La consolidation d’une identité unique qui veut dire le « tout » de l’être colmate à elle seule toutes les failles.
Le discours fondamentaliste remplit parfaitement cette fonction. Il promeut une grille interprétative unique du monde, et se prête merveilleusement à l’illusion d’une identité « intégralement » définie par un système, et donc intégriste. Le « je » soudain réunifié peut disparaître, phagocyté par le « nous » des dogmes et des codes. L’intégrisme (..) se perçoit dans la fidélité absolue à un système intact qui l’a précédé et doit lui survivre.

Cela peut sans doute se dire aussi comme suit: Dieu est parfait; il s’est révélé; il nous reste à appliquer ce qu’il a dit. La religion est alors faite d’un certain nombre d’affirmations et de faits sûrs, « carrés »: on sait, c’est clair, fixe, rassurant; vrai; invariable.

(Voir Delphine Horvilleur: « Comment les rabbins font les enfants » pp.15-16)

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Teilhard ! Le feu…

Au mariage du Prince Harry et de Meghan, Mgr Curry, évêque épiscopalien, cite Teilhard:

« Un jour, quand nous aurons maîtrisé les vents, les vagues, les marées et la pesanteur, nous exploiterons l’énergie de l’Amour. Alors, pour une seconde fois dans l’histoire du monde, l’homme aura découvert le feu » 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le baptême: faire partie d’un « nous »

Delphine Horvilleur écrit, au début de son livre « Comment les Rabbins font des enfants »:

Nul ne peut se développer sans un ancrage culturel. Il faut que l’enfant qui se développe fasse partie d’un « Nous » avant de pouvoir dire « Je ».

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La vue est un sens tyrannique

« La vie n’est pas un flux d’images ininterrompu. Dès que nous battons des paupières, nous nous apaisons automatiquement.

La vue est un sens tyrannique. Mais si nous fermons les yeux nous reprenons le contrôle de notre esprit.
Nous ne pensons jamais à fermer les yeux, parce que nous avons peur de perdre un peu du spectacle de la vie… Pourtant il le faut.D’ailleurs nous clignons régulièrement des yeux. C’est comme du montage cinéma, c’est nécessaire pour séparer les scènes. Quand vous parlez à quelqu’un et que vous tournez la tête pour vous adresser ensuite à quelqu’un d’autre, votre cerveau (..) sépare les deux scènes par un battement de paupières qui fait comme un changement de chapitre. Une « respiration ». (..)
Lorsque nous clignons les yeux, nous avons un infime repos de un dixième de seconde.

Quand nous dormons (..) ce vide attire le plein, un film imaginaire intégral peut être diffusé à l’intérieur de notre crâne. Car notre cerveau a toujours besoin d’images. Puisque durant le sommeil il en est privé, il fabrique son propre cinéma en mélangeant celles qu’il a déjà enregistrées.(..) Le cerveau ne supporte pas de ne pas penser.

Bernard Werber, le sixième sommeil, roman – pages 70-71.

(« For What It Is Worth » = « A vous de juger ce que cela vaut ! »)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Apprendre rapidement…

Dans combien de temps, désormais, aurons-nous des
machines plus intelligentes que les humains ? Dans combien de
temps le cerveau humain pourra-t-il puiser dans une mémoire
inorganique ? Dans combien de temps maîtriserons-nous
suffisamment les nanotechnologies pour produire en abondance
une matière et une énergie quasiment gratuites ?

L’essentiel n’est d’ailleurs pas là. L’essentiel est que la plupart
des entrepreneurs de l’économie numérique agissent comme s’il
était évident que tout se passera plus vite que prévu. Dans leurs
choix d’organisation, dans leurs méthodes de management,
dans leurs règles de conception de leurs produits, ils ne laissent
aucune place aux certitudes ni aux conformismes. Ils ne
recrutent pas des dirigeants pour ce qu’ils savent, mais
recherchent des innovateurs capables d’apprendre rapidement
et d’agir dans l’incertitude.

(..)

On a parfois le sentiment qu’avec cette multiplication des
processeurs et les évolutions d’Internet, la société se réorganise
autour des systèmes d’information plutôt que de les mettre à
son service. Cela perturbe les organisations, renvoyées au rang
de corps intermédiaires parfois inutiles, et sollicite sans doute
une redéfinition du rôle des États.

(..)

L’innovation est permanente parce que, comme l’avaient déjà
souligné Georges Nahon et Didier Lombard, nous sommes
entrés dans une ère où l’innovation se joue par hybridation de
couches technologiques variées. Pendant des décennies, la
sphère « informatique n fut en effet constituée de strates assez
étanches : l’électronique, les systèmes d’exploitation, le logiciel.
La vague d’innovation actuelle se joue désormais de ces strates
et teste toutes les combinaisons possibles. Les technologies de
l’information et de la communication ne sont d’ailleurs pas
seules concernées. Dans leur traité de stratégie militaire « La
Guerre hors limites“, deux colonels de l’armée de l’air chinoise,
Qiao Liang et Wang Xiangsui, font le même constat. À leurs
yeux, ce ne sont plus les ruptures technologiques qui fondent les
progrès stratégiques, mais, désormais, les évolutions des
systèmes d’armement et les changements dans les manières de
combiner les technologies.

Nicolas Colin et Henri Verdier: L’âge de la multitude.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Dès le premier paragraphe…

« Parfois, un marché secret se conclut entre l’auteur et le lecteur dès le premier paragraphe, à l’insu des personnages qui ignorent que l’auteur et son lecteur échangent un clin d’oeil amusé derrière leur dos ».

Amos Oz, L’Histoire commence (édtions Calmann-Levy)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Des dégâts irréparables peuvent venir d’une simple phrase

« On me proposait de parler, au choix, au nom des noirs ou au nom de la banlieue! Je n’ai pas les épaules pour ce genre de responsabilité. Aujourd’hui la moindre parole est montée en épingle. Il faut faire attention aux micros tendus. Des dégâts irréparables peuvent venir d’une simple phrase. »

Omar Sy – Interview dans Télérama du 27/01/16 p.10

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire