La Loi juive, chemin pour vivre en vérité

« Il ne considérait pas la loi comme un ensemble de préceptes qui mettraient « en règle » avec Dieu. Pour lui, c’était bien autre chose. C’était un chemin pour vivre en vérité toutes les relations. »

Sophie Machet, Le récit de Marie

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Kafka…

.. qui s’enchaîne bien avec le billet précédent !

« Seul celui qui ne répond pas aux questions a réussi l’examen ».

Phrase de Franz Kafka, citée par Marc-Alain Ouaknin dans une émission de France Musique sur son livre « La Genèse de la Genèse »

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Cioran

« La philosophie est sans réponse. Face à elle, la sainteté est une science exacte. Car elle apporte des réponses positives et précises aux interrogations auxquelles les philosophes n’ont pas eu le courage de s’élever »
Génial je trouve (mais je ne connais absolument pas Cioran).

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Bonhoeffer: Ne pas dire du mal des autres! (ne pas juger…)

Une règle essentielle de toute vie chrétienne communautaire est donc que chacun s’interdise de prononcer la moindre parole dite en cachette sur le frère. Le moyen qui est souvent le plus efficace de combattre nos pensées nuisibles, c’est de leur refuser absolument de s’exprimer en paroles. […]

Là où l’on observe dès le début cette discipline de la langue, chacun en particulier pourra faire une découverte incomparable. Il pourra cesser de tenir sans cesse à l’œil son prochain, de le juger, de le condamner, de le remettre à sa place et ainsi de faire pression sur lui. Il peut enfin laisser le frère entièrement libre tel que Dieu l’a placé en face de Lui. Le regard s’élargit et il reconnaît pour la première fois avec étonnement, à propos de ses frères, la richesse et la splendeur des dons du Dieu créateur. Dieu n’a pas créé mon prochain comme je l’aurais créé, moi. Il ne me l’a pas donné à titre de frère pour que je règne sur lui, mais pour que je trouve, à travers lui, le Créateur. Dans sa liberté de créature, l’autre devient pour moi un sujet de joie, alors qu’auparavant, il m’était une cause de fatigue et de souci. Dieu ne veut pas que je façonne l’autre selon l’image qui me paraît bonne, c’est-à-dire, selon ma propre image, mais, dans sa liberté par rapport à moi, Dieu l’a fait selon son image. Je ne puis jamais savoir d’avance à quoi ressemblera l’image de Dieu dans l’autre. […]
Dietrich BONHOEFFER, Ne pas juger; dans « De la vie communautaire »

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Péguy

(pour mémoire »)

« Nous ne demandons rien, refuge du pécheur,
Que la dernière place en votre Purgatoire,
Pour pleurer longuement notre tragique histoire,
Et contempler de loin votre jeune splendeur. »

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Une grille interprétative unique du monde

Encore Delphine Horvilleur, à propos de l’intégrisme:

Dans un système individualiste qui tolère peu les normes imposées d’en haut, certains individus (sont) comme poussés à en consolider de nouvelles, pour faire taire toutes leurs voix intérieures. La consolidation d’une identité unique qui veut dire le « tout » de l’être colmate à elle seule toutes les failles.
Le discours fondamentaliste remplit parfaitement cette fonction. Il promeut une grille interprétative unique du monde, et se prête merveilleusement à l’illusion d’une identité « intégralement » définie par un système, et donc intégriste. Le « je » soudain réunifié peut disparaître, phagocyté par le « nous » des dogmes et des codes. L’intégrisme (..) se perçoit dans la fidélité absolue à un système intact qui l’a précédé et doit lui survivre.

Cela peut sans doute se dire aussi comme suit: Dieu est parfait; il s’est révélé; il nous reste à appliquer ce qu’il a dit. La religion est alors faite d’un certain nombre d’affirmations et de faits sûrs, « carrés »: on sait, c’est clair, fixe, rassurant; vrai; invariable.

(Voir Delphine Horvilleur: « Comment les rabbins font les enfants » pp.15-16)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Teilhard ! Le feu…

Au mariage du Prince Harry et de Meghan, Mgr Curry, évêque épiscopalien, cite Teilhard:

« Un jour, quand nous aurons maîtrisé les vents, les vagues, les marées et la pesanteur, nous exploiterons l’énergie de l’Amour. Alors, pour une seconde fois dans l’histoire du monde, l’homme aura découvert le feu » 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire