La force morale en nous (Bertrand Vergely)

Se référant à Emmanuel Kant, Bertrand Vergely distingue deux sociétés. La société extérieure et la société intérieure. La société extérieure, sociale et juridique, s’attache à faire vivre ensemble les êtres humains de tous les horizons. Elle s’occupe d’économie, de politique, de droit, de culture, de religion au sens communautaire. La société intérieure, morale et spirituelle se fonde non pas sur la nécessité mais sur la responsabilité. Elle fait tenir les êtres humains ensemble non pas parce qu’il le faut pour des raisons pratiques, mais parce qu’elle le veut en fonction d’un idéal d’humanité.

La société extérieure a beau être nécessaire, elle est mouvementée, la vie sociale étant traversée de violences et d’injustices ; le progrès technologique pouvant s’avérer dangereux ; la vie économique et politique pouvant provoquer guerres, famines, terrorisme et pollution.

On ne peut pas tout attendre de la société extérieure. Quand on le fait, on est passif. Cette passivité engendre toutes sortes de maux, d’où l’importance de la société intérieure, société adulte.

Pour Bertrand Vergely, dès lors que l’on rentre en soi en faisant une expérience d’intériorité, guidé par sa voix intérieure, on fait des découvertes étonnantes en changeant son rapport à soi, au monde et aux autres. Là où il y avait des conflits et des obstacles, on découvre des passages, des possibles, des relations. On découvre notamment la pertinence du fameux « Connais-toi toi-même », inscrit sur le haut du portail d’entrée du temple d’Apollon à Delphes, formule qui a fondé l’Occident et qui lui donne encore sens, celui d’un humanisme intérieur.

Pour Bertrand Vergely, la morale est fondamentale car elle n’est pas un détestable moralisme mais la manifestation de la force morale en nous, force de courage et de résistance. En ce sens, la vertu n’est pas un concept désuet, les vertus non plus, ces vertus dont saint Thomas d’Aquin rappelle qu’elles sont au nombre de sept : prudence, tempérance, courage, justice, foi, espérance et charité. Cela fait penser à une maison avec à la base un carré, le carré des vertus morales (prudence, tempérance, courage, justice) et le triangle des vertus théologales (foi, espérance et charité). Pour Bertrand Vergely, il importe toutefois d’insérer le bonheur dans ces vertus. Il est beau d’être vertueux, dit-il, encore faut-il avoir la force de l’être. On l’a en étant heureux, être heureux passant par une lutte contre la tristesse, un sens du plaisir, un sens de la gratitude également. Il faut savourer. On savoure en osant savourer, en apprenant à regarder également, à dire merci pour la richesse de l’existence. Quand on sait savourer, on a de l’énergie pour vivre. La vertu prend alors son sens comme « fait de savoir extraire la qualité des choses, de résister à la facilité, de vivre de façon exigeante ».

À contre-courant de l’époque marquée par la morosité, Bertrand Vergely pense qu’il n’y a pas que le désespoir qui mène à la lucidité. Il s’oppose en cela à Camus ainsi qu’à certains penseurs contemporains pour qui l’optimisme conduit à la perte de toute vigilance ainsi qu’à l’inaction. Face au tragique et à la souffrance de l’humanité, il faut avoir le courage d’être heureux et de penser qu’une solution est possible sans désespérer, faute de quoi on n’agit plus, rappelle-t-il. D’où la pertinence de l’optimisme, celui-ci étant un acte de résistance face au désespoir qui condamne toute solution possible. La sagesse antique l’a bien compris en faisant du bonheur une sagesse (..).

Extrait de « Regards sur notre monde » – entretiens avec Anne-Christine Fournier – Mame 2012

Publicités

A propos Philippe Lestang

Auteur du livre "Le fait Jésus" (Actes Sud 2012) - http://www.plestang.com
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s